.








































   

ATELIERS PHOTSOC

Xavier ZIMBARDO

   
 

 

 

 

 

 

L'ARTISTE ET SON OEUVRE

 

Sarcelles, une vie

La plupart de ces jeunes que nous avons accueillis vivent dans ce qu’on appelle aujourd’hui « les quartiers ». C’est la première de nos motivations. En effet, ces jeunes sont trop souvent regardés comme des malchanceux, mais ce regard compatissant les rend aussi vulnérables. Naître et grandir dans ce que l’on appelle une banlieue défavorisée, dans les HLM de Sarcelles, peut être au contraire une chance. Ceci dans la mesure où l’on apprend à transformer toute épreuve en une chance, en tirant de la traversée de chaque passage le meilleur de ce qu’il nous permet de vivre, mais aussi de connaître, de mieux comprendre et de créer.

Cette manière d’avancer fait parfois commettre des erreurs, mais ces erreurs sont alors source de réflexion, car elles apportent avec elles l’inattendu, l’imprévu. Au point que l’on en viendrait à cultiver l’erreur, à la susciter presque, à lui souhaiter la bienvenue. Car cela permet d’éprouver et d’observer des choses parfois extrêmement étonnantes, et même bouleversantes. Ainsi le mouvement, le bougé, le rayonnement de la lumière et le jaillissement des couleurs deviennent autant d’allusions, de suggestions, favorisant l’inspiration, suscitant l’émerveillement… terrain fertile pour l’imaginaire enfantin, terreau précieux pour la renaissance en chacun de nous de cet essentiel enfoui mais attendant l’Éveil.

Je suis venu à la photographie à l’âge de vingt-sept ans en l’apprenant par moi-même. A ce moment-là, chacun aimerait rencontrer quelqu’un qui l’aidât à l’orée de la création. Et c’est arrivé en la personne d’un père spirituel pour lequel j’éprouve une gratitude ineffaçable. A mon tour, je dois prodiguer ce qui m’a été offert. Ce sont cette ardente curiosité, cette joie de vivre et de créer, cette confiance en eux et en ceux qui les entourent que je souhaiterais transmettre.

 

Pistes et perspectives pour des jeunes : l’aventure de l’art vécue au quotidien

Il faudrait, avec le même sentiment d’être un explorateur, aller à l’aventure et parcourir les formes, les détails, les couleurs.

Développer un regard curieux, mêlé de rêverie et de vigilance, sur l’environnement quotidien où vivent ces enfants, y suivre un périple de chercheurs de trésor visuels. Y découvrir parfois des univers oniriques et mystérieux, simplement par la manière dont on les regarde, en fonction de l’angle choisi, par la distance de prise de vue ou par le rapport d’agrandissement.

Alterner cheminement attentif pour entrer dans la perception, quête de la création, projection des réalisations et mise en commun, observations critiques et commentaires autour des divers travaux effectués, retour au cheminement et à la création.

Admettre que la perle rare est en nous autant que dans l’œuvre, dans le regard que nous posons sur elle, dans la manière dont nous acceptons de la recevoir en notre for intérieur. Souffrir que notre richesse intérieure se constitue au travers de ces rencontres furtives ou profondes qui nous fondent.

Permettre aux enfants de se lancer à la recherche d’idées poétiques, troublantes, de détails amusants, étranges, bizarres, percevoir de petites choses inattendues à photographier, distinguer l’infinie variété des approches possibles, contempler aussi, simplement, avec ce plaisir intense et sans pareil que l’on éprouve lorsque, en silence, on pénètre en l’œuvre d’art.

Réfléchir ensemble sur la constitution de l’œuvre au travers du dialogue entre les œuvres, mais aussi entre les artistes par-delà les lieux et les époques. Pouvoir constater que c’est le chemin que nous empruntons nous-mêmes dans le moment présent, en cet instant où nous créons mais aussi prendre conscience que c’est le chemin suivi par des générations d’artistes au travers de toute l’histoire de l’art.


Xavier ZIMBARDO

 

Avec l’aide des responsables, des animatrices et des animateurs de la Maison de Quartier des Chardonnerettes, de la Maison de Quartier Valéry-Watteau, de la direction et des éducatrices spécialisées de l’OPEJ, et de tous les amis qui sont venus assister Xavier et aider les jeunes de Sarcelles au cours du mois de juillet 2012 à Sarcelles : Barbara Portaillier, Alice Beuvelet, Hanène Saïdi, Jeanne Bonraisin, Tony Zen, Mathieu Miannay alias Sauvage des Bois, Mathieu Prévot alias Mathieu Soleil, Robert Veyssière, Francis Pearron

 


 

 

 

 

CV

 

 

Le directeur artistique, Xavier Zimbardo , est un enfant de Sarcelles. Sa famille y est présente depuis des siècles, y a cultivé la terre ou collecté les impôts sous Louis XIV. En face du Centre commercial MY Place se tenait un champ qu’il a lui-même labouré enfant avec son grand-père. C’est dans cet enracinement profond et dans la richesse de cette ville qu’il faut comprendre, dit-il, l’originalité de son regard. Photographe et écrivain, auteur d’une douzaine de livres, membre de l’agence Getty Images, représenté par la Galerie Albert Benamou à Paris, ses œuvres sont conservées dans des musées prestigieux comme la BNF, le Musée Nicéphore Niepce, la Maison Européenne de la Photographie, le Southeast Museum of Photography en Floride ou le Museum of Fine Arts de Houston – Texas. Il est l’auteur de Made in Sarcelles, Belle comme le monde. Réalisé grâce à la municipalité et à M. François PUPPONI, député-maire, ce livre de photographies dépeint une vie, une ville riches et belles pour changer le regard des habitants sur eux-mêmes, comme des personnes extérieures sur Sarcelles et la banlieue en général. Il veut aujourd’hui rendre à cette cité ce qu’elle lui a donné, « faire surgir des sources d’eau claire au cœur des brasiers de la colère ».

 

 

 

 

SITE INTERNET

  www.xavierzimbardo.com
   
   
   
       
       

              

       PHOTSOC 2006  / PHOTSOC 2008  / PHOTSOC JUNIOR 2011

   
 

© PHOTSOC 2012